La tularémie - Fédération Nationale des Gardes Particuliers

Fédération Nationale des Gardes Particuliers
F.N.G.P
Au coeur de vos territoires
Aller au contenu
la tularémie

         La tularémie

       Qu’est-ce que la tularémie ?
        Il s’agit d’une maladie infectieuse causée par la bactérie Francisella tularensis.

        Elle peut toucher de nombreux mammifères, mais la maladie s’observe surtout chez les lièvres, les rats musqués et d’autres petits rongeurs.

       On trouve également la bactérie chez des invertébrés, principalement chez les tiques. Celles-ci contaminent souvent les lièvres qui, par la suite, meurent rapidement.

       Les humains peuvent aussi contracter la maladie, notamment après avoir manipulé un lièvre infecté.


      Comment la reconnaître chez l'animal ?

     Généralement, les animaux atteints de tularémie présentent un comportement anormal.

     Par exemple, les lièvres sont amorphes, se roulent en boule avec le poil hérissé et se laissent approcher facilement en raison d’un état de faiblesse marqué.

      Le chasseur remarquera que les animaux peuvent même avoir des plaies et les ganglions enflés (bosses).

      Fréquemment, l’éviscération de l’animal capturé révèle que les organes, le foie et la rate, entre autres, sont plus volumineux et montrent une multitude de petits points blanchâtres de dimensions variables.
         La multitude de petits points blancs de dimensions variables, comme on le voit sur ce foie, permet de reconnaître un animal atteint de tularémie.

       Qui risque d’être infecté ?

       Les chasseurs et les personnes qui préparent le petit gibier pour le consommer sont les personnes qui courent les plus grands risques.
       Cependant, toute personne qui manipule, touche ou caresse un animal malade ou sa fourrure peut s’infecter.
       De même, une personne qui se fait piquer par une tique peut contracter la tularémie.
       Les animaux domestiques tels que le chat, le chien, le mouton, le porc ou le cheval sont aussi susceptibles de contracter cette maladie


       Comment la maladie se transmet-elle ?

       La tularémie se transmet à l’humain à la suite d’un contact direct (toucher) avec un animal infecté, plus facilement si les mains de la personne comportent de petites plaies.
       La contamination peut également se produire lorsqu’une personne inhale, ingère ou reçoit dans les yeux des poussières ou des gouttelettes contaminées.
       Plus rarement, la transmission survient à cause de la consommation d’eau contaminée, de viande de gibier contaminée et insuffisamment cuite ou, encore, en raison d’une piqûre de tique.
       La tularémie ne se transmet habituellement pas d’une personne à une autre.


       Comment prévenir la maladie ?

      À l’intention des chasseurs :
      • Évitez tout contact avec un animal qui semble malade.
      • Portez des gants imperméables (caoutchouc, plastique vinylique ou latex) pour manipuler des animaux.
      • Portez un tablier, un masque et des lunettes pour vous donner une meilleure protection au cours des étapes de la préparation de l’animal.
      • Humectez la fourrure avant d’éviscérer l’animal de façon à diminuer la quantité de poussière ou de poils fins en suspension dans l’air.
      • Évitez de manipuler la carcasse d’un lièvre, d’un rat musqué qui présente des petits points blanchâtres sur les organes.
      • Après toute manipulation, lavez-vous immédiatement les mains et les bras en les savonnant bien.
      • Enfin, lavez minutieusement le matériel ayant servi aux manipulations, incluant les gants et le tablier, et désinfectez-le avec une solution d’eau de Javel (un volume d’eau de Javel pour neuf volumes d’eau) pendant dix minutes, puis rincez le matériel et asséchez-le avant de le remiser.
     • En forêt, pour vos besoins domestiques, n’utilisez que de l’eau embouteillée ou bouillie pendant cinq minutes.
     • Faites bien cuire la viande de gibier (sans couleur rosée) : une cuisson adéquate détruit la bactérie à l’origine de la tularémie.
     • Évitez que votre animal domestique entre en contact avec la carcasse d’un animal sauvage. Ne nourrissez pas les animaux domestiques avec la viande ou les abats d’un animal sauvage.

La F.N.G.P est un organisme  de formation professionnelle  enregistré DA N° 11 92 20165 92 à la Préfecture d' Ile de France
Retourner au contenu